Enarchie, encore et toujours

Vous avez aimé la promotion Voltaire, vous adorerez la promotion Senghor

L’arrivée de Boris Vallaud comme secrétaire général adjoint de l’Élysée montre qu’au sein de la nomenklatura française la relève est assurée.

La promotion Voltaire date de 1980, mais se fait véritablement connaître et apprécier après l’élection de François Hollande. Inutile de rappeler les nombreuses nominations, les chassés-croisés de Pierre-René Lemas et de Jean-Pierre Jouyet entre la Caisse des Dépôts et le secrétariat général de l’Élysée, la reconduction des copains de promo comme Pierre Mongin, qui fut pourtant chef de cabinet d’Édouard Balladur à Matignon, le recasage d’une condisciple en service extraordinaire au Conseil d’État…

Tous directeurs de cabinet !

La promotion Lépold Sédar Senghor n’en est pas encore là, mais elle a bien planté ses jalons. 

Boris Vallaud était directeur de cabinet d’Arnaud Montebourg. Un camarade de promotion prend la place de son ministre fin août 2014. Mais quelques semaines plus tard, les portes du palais de l’Élysée s’ouvrent à lui. Là, il retrouve Gaspard Gantzer, le chargé de la communication qui appartient, lui aussi, à la promotion Senghor. Au plus près du pouvoir, toujours.

 

There are no comments yet, add one below.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*