Commerce extérieur: malgré la baisse du coût du travail, les exportations reculent

Au premier trimestre, les exportations ont reculé de 0,9%, en dépit de l’avantage compétitif hors zone offert par la dépréciation de l’euro face au dollar et le repli des cours du brut. En 2014, les exportations ont certes augmenté de 2,4%. Mais cette progression est inférieure à celle du commerce mondial qui, selon l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a avancé de 2,8%. La France a donc encore perdu des parts de marché l’année dernière. Son déficit commercial s’est élevé à 53,8 milliards d’euros quand l’Allemagne affichait un excédent de 217 milliards d’euros, en hausse de 11%.

La France, un nain industriel

La puissance allemande repose également sur la structure de son appareil exportateur. En 2014, la valeur des exportations allemandes s’est élevée à 1.133,6 milliards d’euros, dont 60% ont pris la direction de l’Union européenne. C’est également le cas des exportations françaises. Mais la valeur de celles-ci s’est élevée à 437 milliards d’euros seulement l’année dernière. Autre symbole de la puissance industrielle allemande, notre voisin est l’un des rares pays industrialisés à avoir réussi à augmenter la part de la valeur ajoutée de son industrie par rapport au PIB. Selon la Banque mondiale, elle s’élevait à 30,7% en 2013, contre 30% en 2001. Elle atteignait 22,9% en 2001 en France et 19,8% en 2013.

EX Q1 2015

There are no comments yet, add one below.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*