Charlie Hebdo victime de l’immigration de peuplement

Nés à Paris, dans le 10e arrondissement, les frères Kouachi ont “un profil de petits voyous qui se sont radicalisés”, indique une source policière. Le plus jeune des deux, Cherif, avait écopé en 2008 de trois ans d’emprisonnement, dont 18 mois avec sursis, pour avoir participé à une filière d’acheminement de djihadistes français vers l’Irak. La “filière des buttes Chaumont” avait été démantelée trois ans auparavant. Elle était composée d’une dizaine de jeunes Parisiens qui, pour certains, avaient reconnu en garde à vue avoir fomenté des projets d’attentats. Cherif Kouachi, à l’époque livreur de pizza, avait été interpellé alors qu’il s’apprêtait à partir faire le djihad. Depuis, les deux frères avaient tout fait pour se faire oublier des services de renseignement. Ils étaient allés se mettre au vert en province, notamment dans la région de Reims.

Pour mieux comprendre le massacre de Charlie Hebdo, il faut remonter presque dix ans en arrière dans les HLM anonymes du quartier Curial-Cambrai, dans le XIXe arrondissement de Paris. Chérif Kouachi, 22 ans à l’époque, et son frère Saïd, 24 ans, suspects numéro un de la tuerie de mercredi, y avaient été interpellés par la Direction de la surveillance du territoire en janvier 2005 dans le cadre du démantèlement de la filière djihadiste dite «des Buttes-Chaumont». Un peu moins de deux ans après l’intervention américaine en Irak et le renversement du régime de Saddam Hussein, le pays attirait en effet déjà des fous de Dieu mais en bien moins grand nombre qu’aujourd’hui.

There are no comments yet, add one below.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*